Retour sur le voyage de ScPo Urba à Roubaix / Lille le 10 juin 2017

  • Accueil / Retour sur le voyage de ScPo Urba à Roubaix / Lille le 10 juin 2017

Le 10 juin dernier, une équipe de cycliste a exploré Lille et Roubaix. Retour sur cette journée ensoleillée riche en découvertes et en échanges avec des intervenants passionnés par leur projet.

La matinée au sein du quartier du PILE à Roubaix

Le quartier du PILE à Roubaix est connu comme le quartier le plus pauvre de France. Certains indicateurs confirment cette situation : 50% de la population à moins de 30 ans, 32% des ménages sont allocataires du RSA, 40% de taux de chômage, 1/3 des logements n ne sont pas raccordés au tout-à-l’égout et le prix de vente moyen des maisons s’élève à 1 000 €/m².

Face à cette précarité, plusieurs démarches sont en route à Roubaix et Lille dans le but d’ « aérer » le PILE et redonner à ses habitants la capacité d’améliorer leur logement.

Rénovation du quartier du PILE : 

Présentation et visite par Gaëlle HENRY et Mathilde RIGOT de la Fabrique des Quartiers.

La Fabrique des quartiers, SPLA de la Métrople Européenne de Lille, est en charge de la réhabilitation d’une dizaine d’ilots de cet ancien quartier ouvrier et met en œuvre le PMRQAD du secteur. La priorité politique est la dédensification de ce quartier qui s’étend sur 10 ha et que les habitants qualifient de « tour à plat » tant l’espace de chaque ménage est réduit. La Fabrique des quartiers fait donc un travail d’acuponcture qui s’étalera sur 7 ans en acquérant les maisons une par une (140 acquisitions prévues), en accompagnant leurs occupants dans leur démarche de relogement (111 ménages accompagnés) et en créant des aérations entre les bâtis qui deviendront des espaces récréatifs.

La Fabrique des quartiers s’appuie sur une mobilisation active des habitants. Les échanges avec les habitants ont débuté en 2012 et un premier projet a été arrêté en 2016. La dimension participative est au cœur du projet mais prend du temps. C’est un exercice complexe où certains propriétaires sont enthousiasmés par le projet global mais découvrent que leur maison sera démolie. Néanmoins, l’échange fonctionne et le premier signal est donné par l’ouverture du premier espace récréatif où un potager entretenu par les habitants donne ses premières récoltes.

 

Maisons à 1 €

Présentation par Rémi Leynaud, Ville de Roubaix, et Louis Michel de la Fabrique des Quartiers.

A la suite d’une expérience de rénovation d’habitat réussie à Liverpool, la ville de Roubaix et la Fabrique des quartiers se sont lancées dans la démarche des « maisons à 1€ ». Cette démarche vise à offrir la possibilité à des ménages modestes d’acquérir une maison à très bas prix tout en promouvant l’auto-réhabilitation.

Au sein de la métropole lilloise, 20 maisons dégradées seront vendues à des particuliers à 1€ symbolique. Pour obtenir ce prix attractif, le propriétaire s’engage à réaliser des travaux d’amélioration de la maison dans un délai d’un an après son acquisition et à y résider pendant 5 ans. Les travaux d’amélioration sont visés dans l’acte de vente et des objectifs sont fixés : par exemple gagner deux niveaux de performance énergétique. Dans le cas, où les travaux ne sont pas réalisés, l’acte de vente est annulé. Cependant, la Fabrique des quartiers évite cette situation en accompagnant le propriétaire durant ses travaux et réalisant les travaux préparatoires nécessitant une expertise complexe (désamiantage).

 

L’OFS/le BRS :

Présentation par Jean Baptiste Debrandt, Ville de Lille. 

En février dernier, la Ville de Lille a lancé le premier Organisme Foncier Solidaire (OFS) dont le but est de donner la possibilité aux plus modestes d’acquérir une maison dans les conditions encadrées par le Bail Réel Solidaire (BRS).

Pour réduire les coûts d’acquisition d’une maison, l’OFS acquiert et conserve le foncier relatif à la maison. L’acquéreur de la maison n’achète que le partie bâtie du bien et doit payé une redevance de l’autre 1€/m²/mois au titre du BRS pour payer le foncier.

Au-delà de réduire le prix d’acquisition d’une maison, le BRS a aussi vocation à limiter l’inflation des prix immobiliers au sein des secteurs tendus. Le foncier voit sa valeur neutralisée dans l’acte de vente via le BSR. Cette neutralisation du foncier implique alors une limitation de la surenchère immobilière.

 

La Condition Publique

Présentation et visite avec Jean-Christophe Levasseur

Au sein du quartier du PILE, la Condition Publique est un lieu vaste (10 000 m²) qui lui permet de porter plusieurs vocations :

  • Un lieu de vie ouvert sur son environnement qui accueille des spectacles et des expositions mais offre aussi des salles pour les associations locales
  • Un lieu de développement économique et social : une pépinière pour les entrepreneurs du monde artistique et culturel, un Fablab, un restaurant d’insertion…
  • Un lieu rayonnant : actuellement, l’exposition sur le street art (de très bonne qualité !) a beaucoup de succès et s’est étendue au-delà de ses murs dans le quartier du PILE.

 

L’après-midi à Five Cails, Lille

Five Cails

Présentation et visite avec Guillaume Cardey de la SORELI

Située en plein cœur de Lille, la friche industrielle de Fives Cail Badcock s’étend sur 25 ha. En 2001, le site de production industriel cesse son activité. Les halles de brique et d’acier restent. Ces cathédrales de l’aire industrielle seront remises en état par la SORELI et accueilleront des équipements tel qu’un lycée hôtelier de 1000 étudiants ou un complexe sportif mais aussi des lieux atypiques comme un grand marché gourmand ou la Loco (voir ci-dessous).

Autour de ces halles, les espaces publics seront généreux (13 ha dont 7 ha d’espaces verts) et relieront les 1200 nouveaux logements prévus. D’ici 2020, 500 logements seront livrés mais ce futur quartier dispose déjà d’une identité forte et propre. Cette identité rayonnera aussi sur les faubourgs Est de Lille dont il assurera la liaison avec le centre de l’agglomération.

Le tiers lieux – La Loco

Présentation par Laurent Courouble de la Loco

Au sein d’une des halles de Fives Cail, la Loco est le nouvel espace de coworking qui prendra place au sein d’une serre bioclimatique. Ce lieu de travail atypique proposera à des entrepreneurs des postes avec services (WIFI, café, soutien administratif) dont les loyers sont au moins 10% inférieurs qu’aux prix habituellement proposés à Lille.

Ce lieu de 2500 m² est porté par Laurent Courrouble, un habitant voisin de Fives Cail. Au-delà de l’échange crée entre les différents entrepreneurs qui prendront place à la Loco, il souhaite que ce lieu s’ouvre sur son quartier et que chacun puisse y proposer des projets d’animation.

Fin de journée à la gare Saint-Sauveur

A 20 min de Fives Cails, notre journée s’est terminée au sein du premier café ouvert sur l’ancienne gare de marchandise de Lille : la gare Saint-Sauveur. Promis, on s’y redonne rendez-vous autour d’une bière et d’une tarte aux maroilles en 2030 lorsque le projet sera sorti de terre !